Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Bresse, territoire fortement remanié : drainage, busage de talwegs avec destruction du bocage en fonds de vallées
La Bresse, territoire fortement remanié : drainage, busage de talwegs avec destruction du bocage en fonds de valléesLa Bresse, territoire fortement remanié : drainage, busage de talwegs avec destruction du bocage en fonds de vallées

La Bresse (départements de l’Ain, Saône et Loire et Jura)

 

Bonnes Pratiques Agricoles pour réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires par la réduction des risques de ruissellements en Bresse

 

La Bresse présente une distribution de sols lié à la géologie (bassin tertiaire sédimentaire recouvert de limons, voire de loess) et aux conditions de relief : limons de plateaux, affleurement des argiles et marnes à mi-versant, colluvions limoneuses en bas de versants et fonds de vallons alluvionnaires. La texture limoneuse des sols et la présence d’argiles et marnes en fond de profils confèrent à la Bresse un profil hydrologique favorable aux ruissellements hortonien et sur sols saturés : la proportion de sols drainés peut-être importante. La Bresse fait partie des régions dont la surface en herbe diminue au profit des systèmes céréaliers (surtout blé et colza qui viennent s’ajouter à une surface en maïs en faible progression). Assez classiquement cette évolution, bien que non homogène, est concomitante à une réduction du bocage bressan.

Les points critiques sont assez facilement identifiables sur le terrain en secteurs consacrés à la grande culture: hydromorphie en limons de plateaux et en fond de vallons, érosion sur les versants ou hypodermie visible à la faveur de ruptures de pentes (talus-marche), exutoires de drainage arrivant dans les cours d’eau ou alimentant les fossés, grandes parcelles avec de longues pentes et occupant parfois des talwegs « secs » car drainés. Présence de rigoles façonnées dans les micro-talwegs pour permettre l’évacuation des eaux de surface excédentaires.

En Bresse, les grandes cultures, le maïs ensilage et même les prairies temporaires nécessite la levée de la contrainte pédologique générant de longues périodes d’excès d’eau. Les principaux dysfonctionnements vont donc provenir des exutoires du drainage enterré, des ruissellements de surface concentrés par les talwegs, les rigoles et les réseaux de traces de roues avec de plus des fossés circulants non protégés.

Voies d’amélioration :

  • Diagnostic des chemins de l’eau (surface et drainage) et repérage des points critiques
  • Possibilité de diffusion et d’infiltration du ruissellement dans les parcelles à bas de versant concaves (prairies, élargissement des tournières semées perpendiculairement à la pente
  • Végétalisation des fossés et plus généralement des fonds de talwegs : abandonner le « tout épareuse », respecter les plantes hygrophiles, adopter une gestion différenciée par tronçons, acceptation des plantes arbustives
  • Mise en place d’une zone de protection des fossés et petits cours d’eau non « BCAE » : le respect strict de la règlementation n'est pas suffisant dans le contexte pédo-climatique bressan.
  • Maintien des haies transversales à la pente (en particulier celles implantées sur des talus-marche
  • En secteurs drainés, limiter les rejets directs dans le réseau hydraulique (remise à l'air libre des derniers mètres avant le rejet : utiliser si elle est présente la bande enherbée de 5m (avec accord du service de police de l'eau). Implanter des Zones Tampons Humides Artificielles de préférence sur les îlots drainés des têtes de bassin
  • Etudier les possibilités d’utilisation des zones tampons existantes (bois, bosquets) pour écrêter les flux de pollutions les plus dangereux (reprise des écoulements automnaux, période des désherbages du maïs)
  • Etudier les possibilités de rétention temporaire d’eau : passages de chemin, de route, prairies extensives,…
Tag(s) : #Chroniques de territoires

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :