Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Promiscuité entre parcelle et fossé. Birieux dans la Dombes,mai 2013

Promiscuité entre parcelle et fossé. Birieux dans la Dombes,mai 2013

Eco-blanchiment-vigilance : dure-dure la semaine du salon 2019

Le salon de l'agriculture est traditionnellement une semaine très favorable aux communications médiatiques en tout genre. L'édition de 2019 se présente néanmoins comme une semaine de greenwashsing intense. La signature par le ministre de L'Agriculture du contrat de solution de la FNSEA et des principales organisations professionnelles agricoles ne dépare pas du lot d'écoblanchiments à tous va. Alors que les résultats des plans Ecophyto I et II ne sont pas à la hauteur des financements investis, il est troublant que le ministre de l’agriculture tombe dans un tel panneau : celui d'un contre feu allumé par le syndicalisme dit "majoritaire".

Peut-on croire en l'application de techniques, dont certaines ont été largement dédaignées pendant des décennies par le passé? La FNSEA refuse depuis le début de 2017 de respecter la règlementation sur les produits phytosanitaires dans sa totalité. Est-ce une situation normale et durable? Il est vrai que s'agissant de mesures de gestion globalement destinées à protéger la biodiversité, il y a pas le feu puisque tout va bien dans ce domaine! Rappelons plus précisément que lors de la préparation de l'arrêté du 4 mai 2017, les représentants de la profession agricole ont pesé de tout leur poids pour refuser les mesures de gestion de type SPe3 : protection des arthropodes et plantes non-cibles en bords de champs, et protection des masses d'eau contre les risques de contamination par ruissellement en parcelles agricoles. Et l'administration du ministre S. Le Foll a cédé, alors que sur ces sujets, les enjeux sont forts et que des techniques alternatives et moins impactantes aux zones non traitées (ZNT) et dispositifs végétalisés permanents (DVP 5 ou 20m) sont possibles. Les mesures non appliquées figurent dans les avis de mise sur le marché l'Anses (depuis 2011) et elles figurent sur les étiquettes des spécialités, ce qui les rend théoriquement applicables et obligatoires par les utilisateurs lors des applications.

Est-ce que le contrat de solution méritait une signature médiatisée en plein salon de l'agriculture?

Est-ce compatible avec le lancement du plan Ecophyto II+? Est-ce durable, socialement et environnementalement ?

 

En écrivant ces lignes, je pense bien entendu aux agriculteurs auprès de qui, j'ai fait un long chemin professionnel et que je ne remercierai jamais assez. Les lourdeurs et le manque de visions de nos structures ont malheureusement étouffés les belles avancées testées dans les années 90-2000.

PS 1: Merci aux 100 visiteurs de mon blog, durant ce mois de février, le plus court de l'année smiley

PS 2: ci-dessous le lien donnant accès à mon exposé de 17 minutes au GFP de Nancy en mai 2017 :

il portait sur les mesures alternatives au DVP 20m en viticulture. (Mille excuses pour la mauvaise maitrise du diaporama...wink) Merci aux organisateurs du GFP de Nancy pour cette capture de la présentation et la mise en ligne.

Tag(s) : #Règlementation phytosanitaire, #Ecophyto-Vigilance

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :